Le domaine

JPG - 154.4 ko

Le site du Château

JPG - 40.4 ko

Le site du domaine du Château de LACHASSAGNE est exceptionnel ! A 25 km au nord de Lyon, au cœur du Beaujolais des Pierres Dorées, la propriété surplombe la plaine de la Saône et bénéficie d’une vue panoramique. Elle présente la particularité de disposer de 62 ha totalement clos de murs ; elle comprend un bois de 25 ha, 21 ha de vignes, des prés, une très belle allée centrale bordée d’arbres et de très nombreux murs de soutènement en pierres sèches. Dans le bois, il est possible de monter en haut d’une tour et de découvrir sur 360° une vue superbe sur l’ensemble du sud beaujolais. Le Château dispose également d’un très beau cuvage à visiter avec un imposant pressoir de 1843 et des caves voûtées.
C’est aussi un lieu chargé d’histoire. Le Château a été racheté en 1662 par Pierre D’ASSIER, écuyer conseiller et secrétaire du roi et a été transmis à ses descendants jusqu’en 1976. Le rayonnement de LACHASSAGNE qui fut une baronnie dépassa largement le cadre du Château et de son clos. Il a déterminé la morphologie du village constitué de maisons serrées et alignées au bord de la route. Tous ces éléments historiques : les caves du moyen-âge, le Château reconstruit en 1830 et la tour en 1840 par Gabrielle Bonne de Laurencin, duchesse de Mortemart, les armoiries de Laurencin/de Virieu sur le fronton du Château… nous rappellent le passé riche qu’a connu LACHASSAGNE.


L’histoire des vins du Château

JPG - 44.6 ko

La réputation des vins du Château est fort ancienne et de très nombreux documents, en particulier de la fin du XIXème, début XXème attestent de cette reconnaissance. Le Château est à l’époque systématiquement associé avec les autres crus du Beaujolais et on lui associe la mention ‘’cru classé ’’ ou ‘’grand cru’’. Parmi les documents les plus marquants, une carte des vignobles des cotes chalonnaises, mâconnaises et beaujolaises d’A.BUDKER datant de 1874, classant la vocation viticole de chacune des communes et de leurs lieux-dits place LACHASSAGNE, seule commune du sud beaujolais, parmi les plus beaux terroirs au côté des principaux crus du beaujolais et de la Bourgogne. Un autre exemple est le livre ‘’les vins du Rhône’’ de 1914 de J.DEVILLE, directeur des services agricoles du département, qui établit un classement des crus du Lyonnais et du Beaujolais et qui cite le Château de LACHASSAGNE dans la catégorie des grands crus au coté des futures appellations Côte-Rôtie, Morgon, Brouilly, Fleurie, Juliénas et Chénas. La description qu’il fait des vins du Château est bien éloignée de l’image actuelle des vins du beaujolais : ‘’…ils sont très riches en couleur, en alcool et en extrait sec. Au sortir de la cuve, ils sont durs, spiritueux, fruités et chauds, mais après quelques années de tonneau et de bouteille, ils s’affinent, deviennent moelleux, bouquetés et leur parfum rappelle celui des meilleurs vins de Bourgogne….les caves du Château sont admirables et les vins y sont particulièrement bien soignés, ce qui leur permet de conserver leurs qualité extrêmement longtemps soit 25 à 30 ans et souvent plus’’. Les références sont très nombreuses. Certaines citent également la qualité des blancs du Château, ainsi que les nombreuses médailles et diplômes reçus au début du XXème.
Malheureusement, à la création des AOC en 1936, la demande n’a pas été faite pour un classement en cru LACHASSAGNE. L’appellation revendiquée sur la commune est l’AOC BEAUJOLAIS comme pour l’ensemble des communes du sud beaujolais.


Olivier et Véronique BOSSE PLATIERE

JPG - 20.5 ko

Olivier BOSSE-PLATIERE est originaire du village de Lucenay, où ses parents ont une propriété viticole. Après des études d’œnologie en Bourgogne, il a pu parcourir beaucoup des grands vignobles du monde par le biais d’une formation complémentaire à l’OIV (Organisme International de la Vigne et du Vin). Il est ensuite parti travailler à la Réunion, avant de diriger un très beau domaine viticole près de Nîmes. Il gardait à l’esprit l’idée de revenir s’installer un jour dans le Beaujolais mais la crise que traverse le vignoble ne facilitait pas une installation. Finalement l’opportunité s’est présentée lorsqu’il a pu, avec sa femme Véronique, reprendre le domaine viticole de LACHASSAGNE.